Archives de Catégorie: 2001

Lettre aux Conseillers d’État (2001)

Le 17 septembre, Solidarité Femmes a envoyé aux 5 Conseillers d’État la lettre suivante, signée par le CLAF, Solidarité Femmes, Espace Démocratie, les Soroptimistes de Monthey et Groupe des femmes socialistes :

Monsieur le Conseiller d’État,

Les élections du 18 mars 2001 ont confirmé, une fois de plus, que les traditions évoluent lentement, surtout dans le domaine de la représentation féminine en politique. Pourtant, il s’en est fallu de peu pour que le profil du Valais soit changé. La candidature d’une femme qui se présentait pour le Conseil d’État hors liste partisane, qui demandait plus de transparence et de diversité, a suscité un vif intérêt et un large soutien dans tout le canton. C’est dire qu’un grand nombre de citoyennes et citoyens attend de son gouvernement une présence accrue des femmes dans les instances politiques et sociales.

En avril, une pétition a été lancée en faveur d’une de ces revendications. A fin mai, cette pétition vous a été soumise, avec plus de 660 signatures. La demande est simple : que le Gouvernement valaisan nomme un nombre équitable de femmes au sein de toutes les commissions et instances cantonales qu’il est habilité à désigner.

Nous pensons que cela ne demande ni quotas, ni pourcentages, mais des mesures concrètes. Par le passé, d’autres propositions dans ce sens ont été faites, et refusées. Notamment, le Bureau de l’Égalité entre femmes et hommes s’est engagé pour assurer une meilleure présence de femmes dans les nouvelles commissions sujettes à renouvellement. Entre autres, depuis 1993 le Bureau tient un registre de femmes qualifiées et intéressées par de tels mandats. 

Afin de concrétiser la politique de ce gouvernement, nous vous demandons :

  1. de prendre acte de cette pétition publiquement, et d’en informer les responsables dans les services de l’État. 
  2. de faire un état des lieux complet de la représentation des femmes dans toutes les instances, et de rendre cette information publique.
  3. de formuler une Déclaration d’intention indiquant les mesures concrètes qui vont être prises afin d’augmenter le taux de représentation.
  4. de proposer des objectifs quantifiables et mesurables que le Conseil d’État s’engage à réaliser dans une période de temps à définir.
  5. de publier un rapport annuel concernant l’évolution de la représentation des femmes, et le nombre de nominations effectuées aussi bien aux postes à pourvoir à l’État du Valais qu’en commissions extraparlementaires.

Le récent rapport publié par le Bureau de l’égalité du canton de Fribourg nous offre une analyse pertinente, et contient plusieurs recommandations dont notre canton pourrait s’inspirer. 

C’est dans l’espoir de voir enfin réellement progresser la représentation et la participation des femmes valaisannes à toutes les actions publiques que nous vous soumettons ces propositions.

L’association Solidarité Femmes, ainsi que les autres signatrices, se tiennent à votre disposition pour toute collaboration qui pourrait s’avérer productive dans cette initiative.

Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Conseiller d’État, l’assurance de notre considération distinguée.

Assemblée Générale 2001

L’assemblée Générale de Solidarité Femmes s’est tenue le 17 mai. Deux exposés y ont été présentés :

  • Cilette Cretton : la situation des femmes, de 1971 à 2001. Qu’avons-nous accompli ? Quels objectifs pour le Valais de demain ?
  • Marianne Bruchez, invitée : pourquoi la Gay Pride à Sion ? La coordinatrice du mouvement homosexuel donne un rappel de l’historique de la manifestation.

Extraits de la présentation de Cilette :

Cilette dresse un historique des 30 dernières années d’actions en faveur de la femme.

  • 1970 : les femmes obtiennent le droit de vote au niveau cantonal, et en 1971, au niveau fédéral. Gabrielle Nanchen est la première femme valaisanne élue au Conseil National.
  • 1973 : Cilette Cretton et 6 autres élues entrent au Grand Conseil.
  • 1977 : à l’élection au Conseil d’État, Gabrielle Nanchen fait plus de voix que le candidat radical Arthur Bender, mais ne peut pas être élue car il ne peut y avoir qu’un élu par district.

Depuis, les différentes élections montrent une stagnation au niveau du nombre des élues. Nous sommes loin des résultats suédois ou islandais où l’égalité hommes-femmes est plus rigoureusement respectée.

Cilette nous rappelle l’introduction de la « pilule », mais que pour l’obtenir il était nécessaire de franchir la frontière cantonale. Certains médecins valaisans prescrivaient la pilule uniquement aux femmes mariées et mères de 2 enfants au moins !

En 1970, être féministe était un sentiment plus fort qu’aujourd’hui. Ainsi, des groupes de femmes se retrouvaient à Sion, à Sierre, et constituaient un réseau. Certaines de ces femmes sont allées au parti socialiste.  Le droit de vote obtenu, ces groupes ont progressivement disparu. L’enchantement a été de courte durée :

  • au sein du PDC, un groupe femme s’est constitué, porteur de propositions qui n’ont pas été prises en compte par le parti.
  • au PS, des quotas ont été définis qui ont permis l’arrivée de plus d’élues. Aujourd’hui, le parti socialiste fait face à un conflit de loyauté.
  • au PRD, Cilette Cretton, vice-présidente, propose une place pour les femmes. Dès 1972, dans le comité directeur, 2 places leur ont été données, puis retirées depuis plusieurs années.

« Il faut reconnaître que la promotion de la femme n’a pas été le jeu de grandes actions dans les partis. »

Conseil d’État 2001 – second tour

Communiqué du 7 mars

Le Comité de Solidarité Femmes s’est réuni à Sion le 7 mars pour considérer le second tour des élections au Conseil d’État. Solidarité Femmes est une association regroupant des femmes et des hommes de tous les partis qui s’unissent pour promouvoir les femmes dans notre société.

Solidarité Femmes relève l’exceptionnel score réalisé au premier tour par la candidate radicale Cilette Cretton, qui se présentait pourtant hors parti. Ce résultat montre sans conteste la volonté de changement de l’électorat qui a ainsi soutenu une personne compétente, dynamique et engagée mais également la seule femme en lice.

Cilette Cretton a voulu offrir le choix de l’ouverture aux électeurs et électrices. Solidarité Femmes se doit de relever qu’elle a amené une véritable bouffée d’air frais dans une élection qui se voulait jouée d’avance. Son indépendance d’esprit, ses qualités de communicatrice et son charisme lui ont valu le soutien de nombre de valaisannes et de valaisans. Par 12 années de Grand Conseil, par 8 ans de vice-présidence puis présidence du PRD, par une vie d’engagement dans différents organismes d’utilité publique, Cilette Cretton a déjà largement fait ses preuves. Ses qualités sont d’ailleurs reconnues même par ses adversaires politiques.

Il est aujourd’hui grand temps, alors que nous venons de fêter le 30ème anniversaire du suffrage féminin, de permettre aux valaisannes d’accéder au gouvernement pour le bien de toutes et tous, femmes et hommes, minoritaires et majoritaires, romand-e-s et haut-valaisan-ne-s. C’est pourquoi Solidarité Femmes encourage à voter pour Cilette Cretton, en choisissant sa liste ou en rajoutant son nom sur une autre liste.

Cilette compte sur votre suffrage, et vous pouvez compter sur elle.

Résultat du second tour

Thomas Burgener, 38’960 voix, et Claude Roch, 30’921 voix sont élus. Cilette Cretton obtient 25’543 voix.

Communiqué du 18 mars

Solidarité Femmes tient à relever l’importance de cette campagne électorale pour le processus démocratique en Valais. Cilette Cretton nous a permis d’écrire une page de l’histoire du Valais.

La candidature d’une femme indépendante a instauré un débat d’idées bénéfique pour les électeurs et les électrices. Par son envergure politique, Cilette Cretton a pu réunir derrière elle des hommes et des femmes de toutes les régions et de toutes les affiliations politiques du canton.

Nous sommes reconnaissantes à Cilette Cretton d’avoir mené avec une sérénité remarquable une campagne irréprochable dans le respect des autres candidats. C’est le mouvement des femmes valaisannes qui en est le premier bénéficiaire, car nous nous sommes rassemblées et nous avons élargi notre base de soutien pour la promotion de l’égalité dans le canton.Certes, nous nous sommes heurtées à des intérêts financiers puissants, à l’appareil des partis politiques, et à un matraquage publicitaire indécent. Cependant, un message essentiel sort de ce résultat : la promotion de la femme est voulue dans toutes les instances politiques et sociales et au-delà des intérêts partisans.

Élections cantonales 2001

Le 20 février : présentation des candidates

Le 4 mars 2001, 84 candidates se sont présentées pour la députation et la suppléance au Grand Conseil. Et surtout, une femme s’est présentée pour le Conseil d’État en la personne de Cilette Cretton.

Une soirée-rencontre a été organisée le mardi 20 février afin de les encourager et de leur donner l’occasion de mieux se faire connaître.

  • Les candidates au Grand Conseil se sont présentées, avec Nicole Michlig-Varone de Rhône FM comme modératrice. 
  • L’assemblée a acclamé Cilette Cretton, candidate au Conseil d’État.

Communiqué : cette femme qui dérange tant

Elle vient de Martigny. Enseignante et journaliste, voilà 30 ans qu’elle s’intéresse à la chose publique et qu’elle encourage les femmes à y participer. Voilà 30 ans qu’elle milite au sein de son parti, tout en gardant son propre regard sur les thèmes de notre société.

Mais Cilette Cretton dérange, car elle ne suit pas toujours la ligne tracée par son parti. Elle questionne le fonctionnement et la hiérarchie des partis politiques. Si elle se lance finalement comme candidate indépendante au Conseil d’État c’est bien pour remettre en cause ces fonctionnements. Et pour ouvrir la porte aux femmes à l’exécutif de notre canton.

Certains veulent nous faire croire qu’il y a complot, que cette candidature met en danger “ l’équilibre ” politique et la représentation des minorités au Conseil d’État. 

Et qu’en est-il des femmes de ce canton, si mal représentées au gouvernement ? Une élue indépendante n’apporte-t-elle pas aussi un équilibre et un contrepoids au parti majoritaire ?

Pour une fois, nous avons une femme qui se présente d’elle-même, qui vient d’un parti minoritaire, qui vient du bon district, et de la bonne région linguistique. Tous les critères impératifs sont réunis. Impossible de l’accuser de manque de compétences ou d’expérience. En plus, elle est dotée de talents de communication et de qualités de “ leadership ” que même ses adversaires lui reconnaissent.

Que reste-t-il à lui reprocher ? Il fallait tout de même trouver quelque chose… Alors, ça doit être le trouble qu’elle sème dans les formules politiques et dans les stratégies partisanes. Et l’on crie “ au loup ” haut et fort.

Nous avons une réelle opportunité d’élire une minoritaire, et une femme éminemment qualifiée au Conseil d’État. Ne manquez pas cette occasion unique pour le Valais. Prenez la liste Cilette Cretton, et glissez-la dans l’urne dimanche prochain. Ce n’est pas compliqué du tout : on peut voter avec le cœur, et avec intelligence.

Résultats de l’élection du 4 mars

Sur l’ensemble du canton, Claude Roch (24’787), l’a emporté sur Cilette Cretton (21’340) par 3’447 voix. Elle a maintenu sa candidature pour le second tour, évidemment hors du parti radical-démocratique.

Hélas, le nombre de femmes au Grand Conseil a diminué de 21 à 17 députées.