Réponses d’Eliane Launaz Perrin

Eliane Launaz Perrin, liste N° 6 : Centre Gauche – PCS

ElianeLaunaz1) Que signifie pour vous la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale ? Quelle est la responsabilité des gouvernements, des associations professionnelles, des partis politiques ?

La souplesse nécessaire à cette conciliation manque dans l’organisation du travail en Suisse. Un changement de mentalité semble naître avec la génération des jeunes parents demandeurs et favorable à un congé parental et à la possibilité de travail à temps partiel. Les gouvernements (services de l’emploi – département de la santé, etc) pourraient instaurer un dialogue permanent avec les associations professionnelles cantonales, les commissions du personnel des entreprises et les syndicats afin d’assurer le bien-être de chaque employé (possibilité de temps partiel, crèches en entreprises, congé parental, horaires flexibles, déplacements, télétravail, etc). On pourrait aussi imaginer la création d’un label attribué aux entreprises les plus novatrices dans ces domaines. Les structures d’accueil de la petite Enfance doivent bien sûr être encore développées.

2) Que pouvons-nous faire pour élargir les choix professionnels des jeunes femmes ? Quelle importance pour notre économie ?

Les clichés concernant les professions dites féminines ont la vie dure. Comment les déconstruire? Quelques idées: élaborer des campagnes d’affichage, de vidéos, conçues avec les intéressées (fillettes et adolescentes) qui se mettraient en scène pour présenter leurs rêves, leurs expériences, leurs réussites (des filles font du foot, font un apprentissage de peintre en bâtiment, veulent devenir ingénieure, etc). Questionner aussi les adolescentes au sujet des femmes adultes qu’elles admirent ou qui les inspirent par leur parcours professionnel.

3) Devons-nous adopter des « mesures transitoires », des quotas ou autres mesures pour augmenter la présence des femmes sur les listes électorales et dans les instances politiques ?

Je suis clairement en faveur des quotas que je considère comme un outil transitoire et non comme une finalité en soi. Certains partis appliquent ce principe et ne semblent pas avoir de problèmes particuliers à trouver des femmes intéressées!

4) Devons-nous imposer des quotas pour femmes dans les conseils d’administration des sociétés publiques-privées ainsi que des sociétés cotées en bourse ?

Je ne sais pas comment on peut « imposer » des quotas dans les entreprises privées. On peut commencer à les imposer dans les structures publiques et subventionnées (associations/institutions, écoles, hôpitaux, etc).

5) Comment intervenir pour diminuer l’écart salarial entre femmes et hommes ?

Introduire dans la LeG l’obligation de contrôle du respect de l’égalité salariale dans les entreprises. Le respect de cette égalité repose trop sur la personne concernée et les démarches qu’elle doit entreprendre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s