Marylène Volpi Fournier

Née en 1968
Professeure
Mariée, un enfant
Les Verts

Centres d’intérêts
Cuisine italienne
Jardinage
Musique
Lecture

Expériences et mandats politiques
Conseillère générale à Sion (2000-2008)
Députée depuis 2005.
Présidente des Verts du district de Sion.
Vice-Présidente de l’association valaisanne des professeurs de l’enseignement secondaire.
Membre du comité de Parspas, association pour la prévention du suicide.
Membre du comité de la Société académique du Valais.

Entretien

  • Quelles ont été vos motivations pour vous lancer dans la course au CE?
    Mes idéaux sur l’environnement dans son sens le plus large m’ont motivée à être candidate pour le Conseil d’Etat. Les défis de demain (démographie, changements climatiques, migrations, espérance de vie plus longue, etc) dépassent ma personne et nécessitent qu’on passe du discours aux actes de façon urgente. L’élection d’une Verte au Conseil d’Etat donnerait l’assurance aux citoyens que ces thématiques seraient prises à bras le corps et qu’elles auraient un porte-parole à l’exécutif valaisan.
    Par ailleurs, je pense qu’une femme de mon âge et de ma tendance politique représente une alternative intéressante pour l’élection du 1er mars dans un paysage politique déjà presque complètement planifié par les appareils de partis de tout bord. Je suis convaincue que la population valaisanne ne se contentera pas de cela, mais qu’elle s’exprimera avec beaucoup plus d’indépendance. Pour ma part, je demande à chaque Valaisanne et à chaque Valaisan de prendre le bulletin de son choix et de le remplir avec au total cinq noms. Que chacun compose son gouvernement en choisissant la nuance de vert qui lui convient, en choisissant plus ou moins de gens de droite, du centre ou de gauche, en choisissant plus ou moins de femmes ou d’hommes et en choisissant plus ou moins de Haut-Valaisans ou de Bas-Valaisans.
  • Quels seraient les avantages de l’arrivée d’une femme à l’exécutif valaisan?
    Crever le « plafond de verre » serait une très belle victoire. Les avantages seraient de donner une grande visibilité à une femme afin de créer un mouvement plus sous terrain de changement de mentalité. Cela permettrait à n’importe quelle jeune fille du canton de se dire qu’un jour elle voudra être Conseillère d’Etat et que cela n’est pas seulement réservé aux hommes. Une sensibilité et une expérience féminines permettraient également de mettre en place une politique qui favorise le mariage le plus heureux possible entre le travail et le rôle de mère pour toutes les femmes valaisannes.
  • Si vous êtes élue, quelle serait la première mesure qu’il vous tiendrait à cœur de mettre en place?
    Cela dépend évidemment du département qui me serait attribué, mais si je pouvais choisir, je demanderais immédiatement la création d’un fonds pour les économies d’énergie dans la rénovation des immeubles. Aujourd’hui, avec la connaissance technique et le savoir-faire qui sont les nôtres, on ne peut plus ignorer que l’énergie est un bien précieux et qu’on ne peut le gaspiller sans penser aux conséquences climatiques que cela occasionne.
  • Quelle personnalité politique vous inspire?
    Celle de Gandhi parce qu’il a montré, à part sa philosophie de la non-violence, que tout changement politique doit s’accompagner d’un changement de conscience. Aujourd’hui, on est à la croisée des chemins et on doit aussi faire une révolution de conscience au niveau des pays industrialisés. Nous avons toujours agi en prenant comme point de départ qu’on vivait dans un monde dont les ressources naturelles étaient infinies. Chaque individu va devoir revoir son mode de vie et chaque nation repenser son économie à l’aune d’une nouvelle conscience : celle d’un monde fini que l’on doit transmettre aux générations futures afin qu’elles puissent encore avoir de quoi vivre et prospérer.
  • Selon vous, les valaisannes et les valaisans sont-ils enfin prêts à élire pour la première fois une femme à l’exécutif valaisan?
    Oui, indéniablement. Le coup d’essai qu’a été le brillant résultat de Cilette Cretton en 2001 montre que les Valaisannes et les Valaisans peuvent aujourd’hui écrire l’histoire en élisant au moins une femme au Gouvernement.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s